jeudi 18 mai

LE SILENCIEUX DEBAT DU NUCLEAIRE EN FRANCE

centrale_nucleaire_032Vous savez qu'en France il y a des sujets qui ne peuvent pas être soumis au débat? Tenez, prenez le nucléaire par exemple. Franchement dès que vous tentez d'émettre le début d'un commencement de remise en question de l'hégémonie de l'atome dans la production énergétique du pays, la réplique suivante vous arrive en pleine figure : "C'est ça, et pourquoi pas revenir au temps des bougies tant qu'on y est".

Que les choses soient claires. Jamais dans l'Hexagone un véritable débat sur le nucléaire n'a été organisé. On impose aux citoyens, moyennant un lobbyisme exacerbé, ce dogme qui interdit toute réflexion sur la possibilité de développer des procédés alternatifs de production d'électricité. Regardez ce qui est arrivé au porte-parole de Sortir du nucléaire. Stéphane Lhomme a été arrêté par la DST et mis en garde à vue pendant 14 heures pour possession de documents émanant d'EDF classés confidentiel défense et portant sur la résistance de l'EPR aux chutes d'avions. Documents qui laissent entendre qu'un problème de sécurité pourrait intervenir en cas d'accident de ce genre. Difficile de débattre objectivement si des informations sont volontairement occultées.

Ce manque de transparence est d'autant plus inquiétant que la dérégulation du secteur de l'énergie bat son plein actuellement en Europe. L'électricité n'est pas une marchandise comme une autre, soumise à la spéculation et à l'appétit des actionnaires pour des dividendes bien dodus. Si la privatisation d'EDF s'accélère, comment le public pourra-t-il exprimer son point de vue face à un conseil d'administration qui imposera l'omerta au nom de la défense d'intérêts privés? Faudra-t-il attendre un nouveau Tchernobyl pour rouvrir le débat? Il est temps de faire la lumière sur ces questions.

Document classé confidentiel défense émanant d'EDF (merci à Greenpeace)

Posté par gorgoh à 13:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LE SILENCIEUX DEBAT DU NUCLEAIRE EN FRANCE

Nouveau commentaire