Billets d'humeur

mardi 20 avril

Sous les projecteurs

F1000034

Posté par gorgoh à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 28 novembre

LA GRAMMAIRE A ROBIEN

Bled_05052005Bigre! Cela faisait longtemps que ce blog était en sommeil. Manque de motivation, paresse, les raisons qui m'ont éloignées de mon clavier sont aussi multiples qu'inintéressantes pour vous, chers lecteurs. Bon promis, je vais tâcher de sortir de ma torpeur pour reprendre du service. Ce ne sont pas les sujets de réflexion qui manquent.

C'est pour dénoncer une profonde injustice que je m'exprime aujourd'hui. Gilles de Robien, pourfendeur de cancres, veut rétablir des cours de grammaire à part entière. Comment ça rétablir? Ces cours auraient-ils disparu? Nos chères têtes blondes (brunes, rousses, vertes... je ne suis pas raciste) ne subiraient donc plus ces terribles séances de torture cérébrale?

Jadis, il suffisait de prononcer son nom pour que les visages épanouis se ratatinent comme une vieille pomme, rongés par l'angoisse, que dis-je, la terreur. Le BLED,
antique recueil de magie noire, plus puissant que le Necronomicon, a imprimé sa marque sur des générations
d'écoliers. Serait-il possible qu'il en soit autrement aujourd'hui? Franchement je ne veux pas passer pour un sadique, mais qu'ont-ils de spécial les enfants du XXIème siècle pour ne avoir à subir le même sort? Sans blague!

Stop! Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas en train de tomber dans le "c'était mieux avant". Seulement je m'interroge.
Comment peut-on enseigner une langue aussi complexe que le français sans en passer par cette subtile gymnastique qu'est la grammaire? Ou alors... Gilles de Robien sait-il vraiment ce qui se passe dans les établissements scolaires? Ne va-t-il pas bientôt nous annoncer qu'il serait temps de réintroduire les mathématiques au programme? Et l'Histoire? Tiens ce serait une bonne idée de proposer des cours d'Histoire. Allons monsieur le ministre, cessez de sous-entendre que l'on n'apprend plus rien à l'école, donnez plutôt aux professeurs les moyens d'exercer leur métier correctement. Et si je me trompe, promis je ressors mon BLED.

Posté par gorgoh à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 12 juillet

DERNIER TRIP POUR SYD BARRETT

sydbrochureC'est marrant mais je me suis toujours dit que ce type avait raté le grand express pour l'Eternité qui a emmené loin de cette terre bon nombre d'icônes Pop des années soixante. Hendrix, Joplin, Morrison, Jones... ils ont pourtant bien dû lui dire que la fête se passait ailleurs. Rien à faire, l'ami Syd a préféré rester sur le quai de la gare. Un haussement de sourcil peut-être au moment où le train s'ébranla. Et puis le silence. Des années de silence.

Difficile de rendre hommage à un type qui aura passé sa vie à fuir toute reconnaissance de la part de ses semblables. Enfin quand je dis "semblables", j'entends par là organiquement. Il suffit d'écouter "The Piper At The Gates Of Dawn" pour se rendre compte que Syd Barrett évoluait selon des schémas cérébraux différents de ses pairs, "un des prototypes personnels de Dieu, jamais conçu pour la production en série" pour reprendre les mots de Hunter S. Thompson.

La carrière musicale de Syd Barrett aura duré moins de dix ans. Il aura quand même eu le temps de léguer aux terriens Pink Floyd. Sacré don, trop lourd à porter pour un être qui aspirait aux voyages intersidéraux. Le Petit Prince du rock s'est enfin libéré de l'attraction terrestre, débarrassé de son enveloppe charnel pour retrouver les étoiles. Interstellar overdrive...

Posté par gorgoh à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 30 juin

SEGOLENE PUBLIE LES BANS

Les grandes manoeuvres se poursuivent dans la course à l'Elysée. Nicolas Sarkozy l'avait pourtant promis, plus jamais on ne le verra afficher son couple dans les médias. Au lieu de cela, entre les gondoles à Venise et la jungle guyanaise, Nico et Cécilia crèvent l'écran.

Ségolène Royal ne pouvait pas ne pas réagir à un tel débalage. L'égérie des sondages vient d'annoncer qu'elle envisageait de régulariser son union avec François Hollande par un mariage célébré dans la plus stricte intimité. Bah voyons. Je rappelle qu'il n'y a pas si longtemps Ségolène avait critiqué le côté bourgeois de ce genre de cérémonie. Et un retournement de veste de plus, un!

Res-pec-ta-bi-li-té. Tel est le maître mot des candidats à l'investiture suprême. Oui les français semblent prêts à élire une femme au poste de chef de l'Etat. Mais est-ce indispensable qu'elle soit mariée (François Hollande "première dame" de France, quel bonheur!)? Bien sûr il ne faut pas froisser la susceptibilité des électeurs les plus traditionnalistes. Mais le message de Ségolène Royal est tout autre. Ne laisser personne lui barrer la route. Et surtout pas le vrai-faux retraité de l'île de Ré qui a de nouveau fait parler de lui cette semaine en affirmant que la question de sa candidature à la candidature PS était ouverte. Pourtant un duel Jospin-Royal rue de Solférino, ça aurait de la gueule.

Posté par gorgoh à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 14 juin

LE SUPPORTER FRANCAIS ENTRE ARROGANCE ET EGOISME

logo_fff_brodeEt voilà le retour des commentaires avisés de supporters dépités par le match nul de la France contre la Suisse. Je dis supporters, mais je me demande si le terme est réellement approprié. Comme toujours lors d'une contre-performance des bleus (en était-ce une d'ailleurs?) la réflexion a cédé la place à l'arrogance et à l'égoïsme.

"Ils nous ont encore déçus", "Je suis dégoûté", "les joueurs n'ont aucun respect pour le public qui viennent les voir", "On est mauvais et on restera mauvais", etc, etc. Ces soi-disant supporters, qui imaginent encore que 1998 c'était hier, pensent-ils un seul instant à la frustration des joueurs? Estiment-ils qu'Henry est heureux de ne pas trouver le chemin des buts? Franchement je doute que les hommes de Domenech aient sabré le champagne hier soir.

La France n'a pas gagné et c'est sans doute le seul reproche que l'on pourra faire aux co-équipiers de Zidane. Mais ce résultat serait passé inaperçu si les autres grosses équipes du Mondial n'avaient pas réussi l'essentiel, récolter
les trois points du premier match. Mais soyons réalistes. Le Brésil a remporté sa rencontre face à de très bons croates que grâce à un exploit individuel de Kaka. L'Angleterre s'en sort de justesse contre le Paraguay par un joli coup de patte de Beckham malencontreusement repris de la tête par Gamarra contre son camp. Le Portugal évite la correctionnelle et s'en sort également grâce à un exploit personnel de Figo qui offre un caviar à Pauleta. Quant aux suédois, on en oublie presque leur match nul contre Trinidad.

Ce qui manque aux français, c'est un vrai soutien populaire. Il faut se rendre à l'évidence, malgré la victoire de 1998, le football en France ne bénéficie toujours pas de la même ferveur qu'en Allemagne ou en Italie. Le supporter français n'exprime son soutien qu'en cas de victoire des bleus. Malheur aux joueurs dans le cas contraire. A eux les sifflets au Stade de France et les critiques acerbes dans la presse.

On dit parfois que le foot rend con, encore faudrait-il pour cela apprécier ce sport autrement que par intérim. Une chose est sûre, le supporter français pratique lui la connerie à plein temps.


Posté par gorgoh à 14:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]


jeudi 08 juin

DENIS ROBERT CONTRE LA LOI DU SILENCE

robertdenis"Ca n'en finira donc jamais". Comme cela doit être tentant de vouloir replonger dans l'anonymat, loin des intrigues et des coups tordus, des mensonges et de la trahison.

Une nouvelle fois Denis Robert apprend à ses dépens que l'on ne peut pas s'attaquer impunément à la toute puissante machine financière internationale sans que celle-ci réagisse. La justice française vient en effet de reporter la parution de son dernier opus sur l'affaire des affaires, "Clearstream, l'enquête" (éditions des Arènes), jusqu'à ce qu'une décision éventuelle soit prise sur le placement en détention provisoire d'Imad Lahoud.

Il fallait le voir le journaliste solitaire, hier soir sur le plateau du Grand journal de Canal +. Pour une fois qu'on lui offre une telle vitrine, pan! On lui annonce quasiment en direct que l'on cherche encore à le museler. Qu'à cela ne tienne, on lui tend un micro? Parfait! Il en profite pour se lancer à nouveau dans une grande explication de texte sur ce dossier.  Denis Robert, c'est le Raging Bull du journalisme. On lui envoie un crochet, il en balance dix. Parfois sonné, jamais KO! Une pugnacité qui force l'admiration.

Boxe Denis, boxe! Continue à taper là où ça fait mal, ton message finira bien par être entendu. Mais pour cela il faut que le public se sente concerné. Pour cela il faut débarrasser l'affaire Clearstream de cette gangue de boue qui la recouvre depuis que cette histoire de listings truqués a été médiatisée. Pour cela il faut lire les ouvrages de Denis Robert pour comprendre que l'affaire Clearstream, ce ne sont pas les pseudo-révélations sur de prétendus comptes cachés de personnalités au Luxembourg, mais la mise au jour d'une gigantesque manipulation financière à l'échelle planétaire.
Allons braves gens, c'est de fric dont on parle, de beaucoup de fric. Ca devrait vous intéresser ça non?

Posté par gorgoh à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 07 juin

LES SOCIALISTES SONT PRETS... POUR LA COUPE DU MONDE

C'est étrange le temps non? (c'est étrange comme intro non?...) Que l'on se trouve à Matignon ou rue de Solférino, il ne semble pas aller au même rythme. Distorsions dans le continuum spacio-temporel? Non, coupe du monde de football. Tandis que Dominique de Villepin (je ne parle même pas de Chirac...) doit compter fiévreusement les jours qui le séparent d'une trève sportivo-estivale tant attendue, pestant contre la lenteur de la trotteuse de sa montre, au PS au contraire on s'active, on se presse, les valises doivent être impérativement bouclées avant le début de la grande fiesta du ballon rond.

Car après le 9 juin ne rêvons pas, la France politique pourra partir en congé. Pensez donc, entre les princes mondiaux du gazon et les rois de la petite reine, les deux mois à venir sont bouclés. Calcio, vélo, dodo! En août les citoyens seront sur les plages. Plus que quelques jours donc à tenir pour le gouvernement. Mais pour les socialistes, il fallait absolument donner l'image d'un parti uni autour d'un texte commun. Pas question de prendre la route des vacances en ordre dispersé. En clair, serrons les rangs camarades! Suite aux sorties fracassantes de Ségolène Royal sur la sécurité et les 35 heures, on pronostiquait une belle foire d'empoigne hier soir entre les ténors du PS lors des discussions sur le projet final en vue de la présidentielle de 2007. Ce matin il n'en est rien. Le texte unique a été approuvé à l'unanimité (moins les abstentions d'Arnaud Montebourg et Jean-Luc Mélenchon) et François Hollande a sonné la fin de la récréation. "Ce n'est pas un projet sur lequel on pourra prendre sa liberté, où on pourra prendre ses distances, c'est le projet de tous les socialistes" a affirmé le premier secrétaire du PS qui a ajouté que l'encadrement à dimension militaire pour les jeunes délinquants, principale pomme de discorde, avait été écarté.
Ouf! On va pouvoir profiter sereinement des exploits de Zidane, Ronaldinho et Beckham...

Posté par gorgoh à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 02 juin

LE CADEAU ROYAL DE SEGOLENE A NICOLAS SARKOZY

segoleneJ'ai longtemps hésité avant de réagir à ce nouvel épisode de la palpitante série à suspense qui va nous tenir en haleine jusqu'en mai 2007. Mais oui, c'est évident. Ségolène Royal, le buzz politique du moment, n'a qu'une chose en tête, faire parler d'elle. Encore et encore et encore. Quoi de plus légitime après tout que de vouloir tenter de faire la pige à son potentiel adversaire dans la course au fauteuil Elyséen, surtout en reprenant au passage les rênes du cheval de bataille de celui-ci.

Prudence donc. Ségo et Nico sont dans un bateau et c'est à qui ramera le plus vite pour occuper l'espace médiatique. Tant que l'une rame à gauche et l'autre à droite, tout va bien, le navire tient le cap. Le problème c'est qu'avec les récents propos de la candidate à la candidature socialiste préférée des français sur la lutte contre la délinquance, on peut se demander si la barque ne va pas se mettre à tourner en rond, et le débat politique par la même occasion. Au risque de donner le tournis aux jounalistes, donc aux français.

Ce qui me gène, ce n'est pas le présumé durcissement du discours de Ségolène Royal. Pour qui s'intéresse un peu au personnage, ses appels au retour à l'ordre, même juste, n'ont rien d'étonnant. Malgré un relookage récent, la présidente de la région Poitou-Charente incarne tout de même plus l'image de la tradition que du progressisme. Inutile donc de feindre la stupeur et l'effroi quand elle annonce vouloir "remettre au carré les familles".  Ce qui coince à mon sens, c'est cette surenchère de phrases-choc à laquelle nous sommes en train d'assister. Décidément  il ne fait pas bon être jeune en France. Entre le karcher et la discipline militaire, les solutions proposées pour juguler la délinquance des mineurs n'offrent pas beaucoup de perspectives encourageantes. Ségolène Royal a déclaré ce matin sur France 2 vouloir "tarir le flux de la production de la délinquance de masse" de la même manière que l'on intervient sur une catastrophe humanitaire. Oui il y a urgence, mais ce n'est pas en transformant un caporal-chef décérébré en éducateur spécialisé que l'on supprimera le sentiment de déracinement que ressentent les jeunes de banlieue, ou d'ailleurs, à l'égard d'une société qui voit plus en eux une source de menaces qu'une réelle chance pour l'avenir du pays.

Je me répète, mais comment ne pas constater que l'objectif de Nicolas Sarkozy d'amener le débat présidentiel sur le terrain de l'insécurité n'est pas loin d'aboutir? Si Ségolène Royal a raison de pointer du doigt la faiblesse du bilan du ministre de l'Intérieur dans ce domaine, elle n'a toutefois pas manqué de tomber dans le piège qui lui a été tendu.  Au lieu de faire du suivisme, il eut été plus judicieux de proposer d'autres thèmes de réflexion. La question du chômage n'est-elle pas à ce point obsédante pour une grande majorité de français pour que l'on se permette de la négliger? Le développement de la précarisation du travail ne représente-t-il pas un risque de désocialisation (n'y voyez aucun jeu de mots) et de glissement vers la délinquance? Le dossier de l'aménagement du territoire, pourtant si important pour des zones urbaines laissées à l'abandon depuis tant d'années, n'intéresse-t-il personne? Et l'environnement? Et la santé?

"Ce n'est pas parce c'est difficile que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas que c'est difficile" disait Sénèque. La difficulté pour nos politiques dans les mois à venir, ce sera sans doute d'oser éviter de succomber à la tentation de la démagogie. Pour l'instant c'est raté.

Posté par gorgoh à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 31 mai

CHIRAC JUSQU'A L'OVERDOSE

old_time1Une heure trente dans la peau de Jacques Chirac... Je viens de vivre une heure trente dans la peau du plus abracadabrantesque président que la France ait eu à subir. Vous savez quoi? J'en suis sorti usé, vieilli, fatigué. Quarante ans d'images d'archives en boucle, sans temps mort (ou presque), sur les pérégrinations du corrézien agité, j'ai connu mieux pour la digestion.

Dans la peau d'un Michael Moore à la française, Karl Zéro nous propose un film-farce où le rire se mêle aux grincements de dents. L'habileté du montage qui met l'accent sur les contrariétés d'un homme au service tout au long de sa vie d'une seule ambition, la sienne, est indéniable. Le texte, servi par une imitation plus qu'honorable de Didier Gustin, est incisif et précis. On pourra peut-être reprocher toutefois à la narration sa familiarité goyeuse qui rend le personnage plutôt sympathique, trop sans doute.

Pourtant "Dans la peau de Jacques Chirac" ne tombe pas dans la connivence. Ce film a le mérite de remettre les pendules à l'heure en insistant sur la culture du double langage propre à l'actuel chef d'Etat. Anti européen en 1978, époque où il dénonçait les méfaits de l'élargissement de l'Union, Chirac déclare exactement le contraire en 1995. La même année il affirmait que la dissolution de l'Assemblée nationale était une mesure à prendre en cas de crise grave, et surtout pas au profit d'intérêts personnels. Il aurait mieux fait de méditer cette phrase en 97. Mais le bonhomme n'en était pas à sa première crise d'identité.

Cela dit, pas de scoop à attendre de la part de l'ex-présentateur vedette de Canal +. Pas de scoop, mais une sensation de déjà-vu tant les facéties de Chirac nous sont désormais connues. Au point d'ailleurs que l'on frôle l'overdose. Les images s'enchaînent et la nausée nous prend irrésistiblement. Comme après un repas bien arrosé où l'on regrette d'avoir repris  une troisième fois d'un ragoût pourtant si appétissant. On ne peut également que ressentir de l'amertume devant le constat de notre impuissance face aux agissements de cet animal politique qui a toujours su tirer partie d'un système dont on observe aujourd'hui les faiblesses. Un certain Nicolas, en parfait clone de son ancien maître, l'a bien compris.

Posté par gorgoh à 17:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 24 mai

VILLEPIN : LA SOGERMA POUR FAIRE OUBLIER CLEARSTREAM

Parisiens, parisiennes, je vous invite à vous rendre samedi matin dans le 7ème arrondissement pour assister à un spectacle étonnant. Quoique, à bien y penser vu la météo qui est annoncée pour ce week end, je vous conseille plutôt de rester tranquillement chez vous et d'allumer la télé. De toute façon vous n'y échapperez pas.

Une formidable opération de communication a été lancée hier. Dominique de Villepin, le chevalier blanc de l'emploi, tel un phénix qui renaît de ses cendres, a enfourché son fier destrier pour voler au secours des malheureux salariés de la Sogerma qui, reconnaissants devant tant de compassion, se sont empressés d'offrir à leur sauveur un t-shirt portant l'inscription "La Sogerma vivra". Et le premier ministre d'affirmer : "Je le mettrai pour aller courir". Rendez-vous donc samedi matin du côté des Invalides pour voir passer le joggueur qui a du coeur.

A chaque semaine son arnaque. Voilà que de Villepin va maintenant nous faire croire qu'il vient de découvrir la situation de la filiale d'EADS. Pourtant il doit bien connaître le dossier puisque l'Etat possède 15% du capital du groupe. Ne parlons pas de Thierry Breton qui s'est dit "profondément choqué" par l'annonce de la fermeture du site de Mérignac. Cette position du gouvernement est totalement incohérente puisque, en tant qu'actionnaire principal, les pouvoirs publics ne peuvent qu'être au courant des décisions du conseil d'administration de l'entreprise présidée par Noël Forgeard.

Seulement voilà, il y a l'affaire Clearstream. En sortant du placard sa panoplie de défenseur des faibles et des opprimés, Dominique de Villepin tente une nouvelle fois de faire passer au second plan les révélations ("calomnies" selon lui) qui font de lui l'un des protagonistes principaux de cette série à suspense. Accueilli avec ferveur par les habitants de la Réunion il y a quelques jours, alors que dans le même temps Nicolas Sarkozy, autre acteur essentiel de ce sitcom, se faisait traiter de raciste par des africains sérieusement remontés contre sa loi sur l'immigration, le premier ministre cultive le populisme comme d'autres les OGM, sans respect des principes de précaution. Champion des droits sociaux l'après midi à Mérignac, victime d'un coup monté le soir devant les caméras de France 2, le joggueur poursuit sa course sur les sentiers du pouvoir, sans se soucier du point de côté dont souffre une République essoufflée, au bord de l'hypoglycémie car privée du sucre indispensable qu'est la Démocratie.
Malheureusement, il n'existe pas de contrôle anti dopage pour les politiques. Reste à nous contenter d'un contrôle des urnes, en 2007...

Posté par gorgoh à 15:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]